Marathon de Valencia : du sport mais aussi des enjeux touristiques et des retombées économiques

Marathon de Valencia : du sport mais aussi des enjeux touristiques et des retombées économiques

Ce dimanche 20 novembre, près de 20 000 personnes venues des quatre coins du monde participeront à cet événement devenu aussi pour Valencia, un outil de communication et de marketing touristique….
Si l’enjeu sportif pour certains est de battre le record masculin (2:06:31) ou pour d’autres de terminer entier cette longue épreuve de 42 kilomètres, le marathon Fondación Trinidad Alfonso est aussi un événement populaire, international et touristico-économique pour Valencia.
Rendez-vous compte ! Il y a à peine 5 ans, cette compétition ne faisait courir que 6 000 personnes ! la progression est fulgurante, un peu à l’image du développement touristique et économique que connaît la ville depuis peu. Car derrière l’enjeu purement sportif (Valencia a la particularité d’être une ville totalement plate ce qui facilite les records), la ville dans son ensemble, consciente de ses atouts, s’implique dans l’organisation et l’accueil de tous ces coureurs et familles de coureurs…
Il y a aussi l’enjeu de l’organisation avec l’incroyable logistique nécessaire pour assurer la sécurité des participants et des spectateurs, avec de nombreuses équipes de secours, le transport avec les navettes, bus et trains spéciaux…il y a les plus de 2 000 bénévoles répartis sur le parcours, aux points de ravitaillement et carrefours…
Moins mesurables, les enjeux humains…
Combien ont débarqué à Valence avec femme et enfants ou projets professionnels   ?  Comme ce parisien de 53 ans aujourd’hui propriétaire à Valencia du studio de Bikram Yoga à la Finca Roja qui est tout simplement tombé amoureux de la ville en 2012 lorsqu’il y vient courir son 48ème marathon (oui ! vous avez bien lu !)…Eladio Garrido n’en croit pas ses yeux lorsqu’il voit les 8 kilomètres de jardin dans le lit transformé de l’ancien fleuve Turia,  les plages, l’aéroport et ce soleil si généreux…En rentrant, il vend son appartement parisien pour investir dans la création d’un centre de Bikram Yoga…1 an plus tard, il accueille ses premiers clients.
Véritable vitrine pour la ville
Et il y a l’enjeu économique et touristique : il est bien sûr impossible de faire une estimation précise des dépenses générées par les coureurs et leurs familles sur place, et des retombées en termes de communication mais l’on sait que ce type d’événement est un outil extrêmement puissant qui permet de véritablement projeter au niveau international une image de ville dynamique, belle, moderne et accueillante.
Si le Marathon de New York, le plus prestigieux au monde, génère près de 300 millions d’euros de retombées économiques, celui de Paris autour de 50 millions d’euros, on peut penser que celui de Valencia n’est pas loin des 15 millions…un vrai petit jack-pot !
L’ombre bienveillante de Juan Roig promoteur de “la Culture de l’Effort”
L’homme d’affaires et mécène Juan Roig, fondateur des supermarchés Mercadona et de “Marina de Empresas” est à l’origine de cette spectaculaire progression puisqu’il a décidé de prendre en main cette compétition via la fondation Trinidad Alfonso (du nom de sa maman défunte) créé en 2012. Son implication discrète mais efficace permet des résultats à la hauteur de ses ambitions : Juan Roig voulait une compétition emblématique “le meilleur marathon d’Europe, pas seulement grâce à la présence des meilleurs coureurs, mais aussi grâce à la participation des Valenciens. Cela sera le marathon le plus grand lorsque la ville le vivra aussi intensément que les Fallas” disait-il à ce moment là faisant référence aux fameuses grandes fêtes traditionnelles qui ont lieu chaque année en mars attirantt des centaines de milliers de visiteurs.
Le pari est presque tenu, d’autant que son appui financier (+d’1 million d’euros chaque année) est assuré jusqu’à 2020 et avec, bien entendu, les retombées en tous genres dont bénéficie la troisième ville d’Espagne.
social position

Share this post