Trois hôpitaux valenciens peuvent désormais diagnostiquer le coronavirus

Back to Blog

Trois hôpitaux valenciens peuvent désormais diagnostiquer le coronavirus

Les laboratoires de La Fe, celui de l’hôpital General de Valencia et d’Alicante viennent de recevoir des kits de «détection initiale» qui permettent de diagnostiquer le coronavirus qui a déjà contaminé près de 30 000 personnes et fait plus de 550 morts en Chine essentiellement. Les prélèvements pour déterminer si une personne est ou non infectée par le coronavirus, n’auront plus à être fait ou envoyé à Madrid, en tous cas pas pour le premier diagnostic. Sur l’ensemble du territoire espagnol, le ministère de la Santé a réparti à un certain nombre de laboratoires de microbiologie ces kits spéciaux qui permettent la détection initiale de la maladie, alors que jusque-là, seul le Centre National de Microbiologie basé près de Madrid était le seul habilité.

Bien qu’aucun cas avéré n’ait été enregistré en Espagne, les hôpitaux valenciens, en particulier les services des urgences, ont dû faire face à plusieurs fausses alertes: la semaine dernière, il y a eu une fausse alarme à l’hôpital de La Fe avec trois jeunes qui se sentaient mal à leur retour de Chine et également à l’hôpital de Manises, avec l’admission d’une citoyenne chinoise très fiévreuse il y a quelques jours. Le seul cas réellement suspect déclaré dans la Communauté de Valencia, est celui d’une touriste islandaise hospitalisée le 28 janvier dernier. L’alerte a été désactivée quand les médecins ont découvert que, bien qu’ayant beaucoup voyagé en Asie, elle n’avait pas été au cœur du foyer de l’épidémie. La barrière linguistique a compliqué la situation et, par précaution le protocole a dû être activé.

Dans un cas suspect, les professionnels des urgences utilisent des masques et des combinaisons de protection : si le patient répond à certains paramètres cliniques et épidémiologiques, il est considéré comme un cas, et le protocole d’action établi par le ministère de la Santé est alors pleinement activé.

Laurence Lemoine

Share this post

Back to Blog