Entrée en vigueur dès aujourd’hui des nouvelles restrictions dans la région de Valencia

Back to Blog

Entrée en vigueur dès aujourd’hui des nouvelles restrictions dans la région de Valencia

Le Consell serre de nouveau la vis : seulement trois jours après l’entrée en vigueur des dernières mesures qui, selon le président Puig ont plongé la Comunitat dans un état de « semi confinement », l’exécutif a décidé contre toute attente, hier, d’augmenter encore les restrictions.

Deux mesures importantes ont été renforcées : la fermeture des villes de plus de 50 000 habitants les week-ends et jours fériés et l’interdiction pour plus de deux non-cohabitants, de se réunir dans des espaces publics et privés.Concernant les week-end (du vendredi 15 h au lundi 6 h) 16 villes sont concernées soit 2,3 millions de personnes vivant à Valencia, Alicante, Elche, Castellón, Torrevieja, Torrent, Orihuela, Gandia, Paterna, Benidorm, Sagunt, Alcoi, Sant Vicent del Raspeig, Elda-Petrer et Vila-real. Cette mesure empêche l’entrée et la sortie de la population pendant les jours non-ouvrables, ce qui interdit les voyages vers les résidences secondaires, les excursions à la campagne ou les journées « shopping » dans les villes voisines et autres sorties similaires. Il s’agit d’obliger la population à rester le plus longtemps possible chez elle pour ne quitter son domicile que pour des activités essentielles comme travailler, faire ses courses ou aller chez le médecin… Seul le couvre-feu est maintenu à 22 h, car Madrid ne veut pas l’avancer à 20 h comme le demande pourtant le Président de la Région Valenciana Ximo Puig.

Les provinces de Castellon, Valencia et Alicante avaient pourtant réussi à limiter la progression du nombre de malades du covid entre mai et octobre, mais ces derniers mois, les chiffres n’ont cessés d’augmenter à une vitesse vertigineuse : l’incidence cumulée au cours des quatorze derniers jours atteint 1 245,49 cas pour 100 000 habitants alors que la moyenne nationale est de 700, et environ 200 en France, mais calculée pour 7 jours. Du coup, les hôpitaux sont débordés : le taux d’occupation des lits en réanimation (UCI: Unidad de Cuidados Intensivo) a franchi la barre des 50 % et les malades sont parfois mis dans les couloirs, entrées, salles à manger ou chapelles.

En réalité, avec de tels chiffres, l’Espagne aurait du re-confiner depuis longtemps, mais les pouvoirs publics, trop conscients des enjeux socio-économiques dramatiques pour ses entreprises, tentent à tout prix d’éviter une paralysie totale du pays au risque de ne plus pouvoir contrôler non plus, la crise sanitaire.

Laurence Lemoine

Article publié également ici

Share this post

Back to Blog